Biotech: vaste accord de coopération entre Gilead et Galapagos

Washington, 14 juil 2019 (AFP) – La biotech américaine Gilead Sciences a annoncé dimanche un vaste accord de collaboration avec son homologue belge Galapagos pour une durée de dix ans, en échange de presque 5 milliards de dollars versés par l’Américain.
   Gilead va verser 3,95 milliards de dollars à Galapagos à quoi viendra s’ajouter 1,1 milliard de dollars sous forme de participation de l’Américaine dans l’entreprise belge, qui passera de 12,3 à 22% et sera assortie de la possibilité de la faire monter à 29,9%, selon un communiqué commun.
   Les fonds versés par Gilead serviront à la biotech belge à financer ses programmes de recherche et de développement et Gilead obtient en échange les droits et options exclusifs sur tous les traitements actuels et futurs de Galapagos dans tous les pays en-dehors d’Europe ainsi que l’accès total à sa plateforme de recherche, précise le communiqué.
   Les deux entreprises ont également amendé leur accord concernant filgotinib, une molécule destinée au traitement de l’arthrite rhumatoïde mais aussi de la maladie de Crohn chez les hommes, donnant un plus grand rôle dans sa commercialisation en Europe à la société belge.
   Gilead va également nommer deux membres au conseil d’administration de Galapagos et s’est engagé pendant une période de dix ans à ne pas tenter de prendre le contrôle de Galapagos ou d’augmenter sa participation au-delà de 29,9%.
   En plus du volet filgotinib de l’accord, celui-ci donne à Gilead des droits sur GLPG1690, une molécule actuellement testée en phase III contre la fibrose pulmonaire idiopathique. En cas d’autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis, Gilead devra verser 325 millions de dollars à Galapagos.
   La biotech américaine a aussi une option sur les droits aux Etats-Unis sur la molécule GLPG1972 contre l’arthrose, une fois achevée la phase de tests 2b, en échange du versement de 250 millions de dollars.
   En fonction de l’efficacité de la molécule, l’entreprise américaine pourrait verser 200 millions supplémentaires auxquels viendraient s’ajouter jusqu’à 550 millions de dollars en fonction des progrès en termes d’autorisation et des résultats des ventes.
   Quant aux futurs produits, Galapagos aura toute autonomie pour la recherche et le développement et les financera jusqu’à l’issue de la phase II des essais cliniques. Si Gilead exerce ensuite son option de licencier la ou les molécules, elle versera 150 millions de dollars par produit. Les deux entreprises poursuivront ensuite le développement en partageant les coûts.
   Gilead détiendra les droits sur les dix ans que dure l’accord, plus une possible prolongation de trois ans.
   La société belge touchera 20 à 24% de royalties sur toutes ses molécules licenciées par Gilead.

Partager l’article