De l’importance des intégrations dans LIMS

Au cours des dernières décennies, la plupart des industries sont passées de l’utilisation de technologies informatiques « autonomes », vers des systèmes plus intégrés. Les initiatives de type « Lean », les approches « zéro papier » et le désir de transparence entre services sont les catalyseurs de cette transition.

Alors que les systèmes intégrés vont croissants dans l’industrie pharmaceutique, leurs laboratoires de contrôle qualité de microbiologie ont tardé à s’intégrer dans cette démarche, ceci étant souvent dû à un manque de technologies disponibles pour le laboratoire. Les techniciens de laboratoire entrent encore eux-mêmes les résultats des tests dans le système de gestion de l’information du laboratoire (LIMS). Des technologiques innovantes sont à présent disponibles. Elles permettent l’automatisation d’une grande partie du processus de test au laboratoire de contrôle qualité ainsi que l’intégration des résultats dans LIMS avec peu, voire aucune, intervention humaine, et fournissant de manière transparente les résultats au reste de l’entreprise.
Ces connexions peuvent être établies en interfaçant des méthodes automatisées de microbiologie rapide basées sur la croissance à des systèmes de gestion de l’information de laboratoire (LIMS). L’alliance de ces deux technologies permet au laboratoire de contrôle qualité d’en tirer les bénéfices suivants :

• L’élimination de la saisie de données : de nos jours, les techniciens sont souvent tenus de consigner les résultats des tests directement dans le système LIMS en saisissant les données manuellement. Cette étape est chronophage et parfois source d’erreurs qui peuvent ensuite conduire à des investigations coûteuses. En intégrant automatiquement les résultats de tests dans LIMS, cette étape de saisie devient inutile.

 

 

Une plus grande efficacité : Moins on consacrera de temps à la saisie des données, plus on en disposera pour la conception des essais, pour les investigations et pour d’autres tâches à valeur ajoutée.

Un accès élargi aux données QC : L’intégration dans un système LIMS permet aux parties prenantes extérieures au laboratoire d’accéder aux données en utilisant des technologies qui leur sont familières, permettant d’éliminer bien des appels téléphoniques au laboratoire pour prendre connaissance des résultats des tests.

Un laboratoire « zéro papier» : Le papier ne s’avère plus nécessaire lorsque les résultats sont automatiquement transmis vers les systèmes LIMS. L’élimination du papier permet non seulement d’économiser de l’argent et des ressources environnementales, mais aussi de rationaliser les flux de travail sans en perdre la traçabilité, conduisant ainsi à un laboratoire plus efficace et rentable.

 

 

Critères de mise en œuvre
L’intégration entre un système automatisé de détection rapide de microorganismes et LIMS peut être un facteur déterminant lors de la mise en place d’une telle technologie. L’intégration des systèmes étant en général gérée par le service informatique de l’entreprise, il est important de prévoir les ressources informatiques nécessaires dès la mise en œuvre du système. Le département informatique sera un partenaire précieux dans la réussite de l’intégration des deux technologies.

Un laboratoire de contrôle plus efficace permet potentiellement de générer une meilleure rentabilité et une plus grande flexibilité au sein d’une industrie pharmaceutique. L’intégration entre le système automatisé de détection rapide de microorganismes et LIMS réduit les besoins en ressources, augmente l’efficacité et diminue les erreurs.

Fig.2 : Exemple de flux d’un échantillon lors de l’intégration LIMS avec une méthode rapide automatisée
Capture D’écran 2017 12 06 à 16.29.44

David JONES – RAPID MICRO BIOSYSTEMS

djones@rapidmicrobio.com

Partager l’article

LinkedinEnvoyer par mail