Sanofi accueille son premier patron non francophone avec Paul Hudson

Paris, 2 sept 2019 (AFP) – Sanofi a accueilli lundi son premier patron non francophone, avec l’arrivée à sa tête du Britannique Paul Hudson, venu du géant suisse Novartis et au parcours international.
   Sa nomination comme directeur général du géant pharmaceutique français avait été annoncée début juin, en remplacement d’Olivier Brandicourt, qui a passé quatre années à la tête du laboratoire français, et a fait valoir ses droits à la retraite.
   Dans un message vidéo envoyé à la presse lundi, le quinquagénaire apparaît devant la tour Eiffel et rappelle, en anglais, avoir déjà travaillé pour Sanofi, au tout début de sa carrière. C’était à l’époque à Sanofi-Synthélabo, au Royaume-Uni.
   Diplômé d’économie et de marketing, Paul Hudson a effectué ses 28 ans de carrière au sein de grands groupes pharmaceutiques (Schering-Plough,
AstraZeneca) et il était patron de la branche pharmaceutique monde de Novartis depuis 2016. Il est notamment expert du marché pharmaceutique américain.
   Le passionné de football, père de trois enfants, aura plusieurs dossiers qui l’attendent, dont le déclin de Sanofi sur le marché de l’insuline, auparavant son principal moteur de croissance.
   Il aura également à gérer une entreprise en transformation, alors que Sanofi a annoncé en juin un nouveau plan de départs volontaires, touchant cette fois-ci 466 personnes, dont 300 en France.
   Selon une source de son entourage, Paul Hudson incarne un changement de style pour le groupe pharmaceutique, se montrant adepte du contact direct et déterminé à orienter Sanofi vers le numérique.
   Sa rémunération fixe annuelle brute a été fixée à 1,3 million d’euros, et est assortie d’une rémunération variable plafonnée à 250% de sa rémunération fixe en cas de dépassement d’objectifs de performance. Il percevra également des actions de performance gratuites sur le long terme, dont 75.000 la première année sous réserve de l’approbation des actionnaires en mai 2020.

Partager l’article